Cyril aime la politique

octobre 27th, 2013

Et si on faisait fi du people, des cancans, de la surface des choses ?..

Poster par cyrilaimelapolitique in Films à voir

La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche, avec notamment Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, Palme d’Or Cannes 2013

Chez moi, la Palme d’Or n’est pas un moteur de motivation supplémentaire pour aller voir un film. Même si objectivement cela doit l’aider considérablement actuellement. Mais aussi dans tout le “bad buzz” que le film a subi : focus dans un premier temps sur les scènes d’amour crues entre les deux protagonistes. Puis sur les conditions de travail sur le tournage du film : semble-t-il du harcèlement plus que du perfectionnisme de la part de Kéchiche. Tel un nouveau H.G. Clouzot ?

Du coup, j’étais partagé. Je savais que j’allais voir objectivement un bon film. Ne serait-ce que le (très) peu que j’avais aimé d’Adèle Exarchopoulos dans sa participation dans “Tête de Turc”, dans un genre (plus facile) complètement différent.

Ce qui m’a décidé ? Un de mes collègues, finalement plus proche de mon univers qu’un critique cinéma ou un jury à Cannes, nous le conseille définitivement cette semaine. Voilà qui est fait hier soir.

Au vrai, si vous faites fi du buzz people relatif à ce qu’a subi l’équipe (les techniciens réclamant mieux leur dû pécunier, les acteurs racontant des scènes tournées … quatre vingt fois pour aboutir à ce que Kéchiche veut voir). Si cette histoire d’amour était un hasard, hétéro comme il se trouve qu’elle est homosexuelle entre Adèle et Emma … force est de constater que c’est “simplement” une histoire d’amour. Pas un film militant homosexuel, juste une volonté de remettre les humanités à un niveau égal. Sinon uniforme : non l’amour entre ces deux filles n’est pas le même … et c’est bien ce qui éveille Adèle à des plaisirs inconnus précédemment avec des garçons. Lesquels ne sont pas non plus brocardés.

Au final une belle histoire d’amour, une passion. Universelle car tout le monde est pris aux tripes quand Adèle est rejetée par des condisciples, ou que les deux amoureuses se brouillent. Tout juste ai-je bêtement fermé les yeux pendant certains passages, pas “dégoûté” non, mais gêné d’être voyeur. Restant tout de même un hétéro classique…

Quant à Adèle Exarchopoulos, elle nous fait un extraordinaire numéro d’actrice utilisant tous ces atouts pour tout exprimer : yeux, corps, voix chaude ou cheveulure. Une grande.

Vous l’aurez compris : allez-y et pas pour vous la péter “intello inconditionnel de Cannes” ou “open-minded militant”.










Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 297 articles | blog Gratuit | Abus?